Cas Rapportés "Verrues"
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)

Filtrage par mots-clés:



Recherche des documents. Attente svp...

41/276. Une réponse intéressante à la sensibilisation du diphencyprone (DPC) sur les verrues faciales : examen de traitement de DPC pour les verrues virales.

    FOND : Ce document accentue l'effet parfois impressionnant de la sensibilisation du diphencyprone (DPC) sur des verrues résistantes à d'autres traitements et est intéressant étant donné que toutes les verrues ont apparemment répondu, en dépit seulement d'un secteur très petit étant traité. MÉTHODES : Un femme de 31 ans avec une histoire de cinq ans des verrues plates faciales répandues qui avaient prouvé résistant aux traitements répétés avec les préparations cryotherapy et topiques a été sensibilisé au diphencyprone. RÉSULTATS : Après demande de DPC aux verrues dans seulement un 1 cm (2) le secteur du visage, toutes les verrues faciales est devenu enflammé et résolu, y compris ceux pas activement traitées. Accomplissez le dégagement s'est produit sans la répétition. CONCLUSION : Le DPC semble être un traitement valable, sûr et bien-toléré pour les verrues virales résistantes et peut être considéré comme première ligne traitement. Nous passons en revue son action d'utiliser-et en ce document ( info)

42/276. Les lésions bilatérales multiples de contagiosum de molluscum de paupière se sont associées à du TNFalpha-anticorps et à la thérapie de methotrexate.

    BUT : Pour démontrer un patient développant les lésions bilatérales multiples de contagiosum de molluscum de paupière après déclenchement de thérapie de TNFalpha-anticorps pour le rhumatisme articulaire. CONCEPTION : Rapport simple de cas d'interventional. MÉTHODES : Des résultats cliniques, histopathologiques, et immunologique-sérologiques sont présentés. RÉSULTATS : Un patient de 67 ans présentant une histoire de cinq ans du rhumatisme articulaire avait été soigné avec de la prednisone et le methotrexate pendant les 5 dernières années. Après déclenchement de traitement additionnel de TNFalpha-anticorps, les plaintes du rhumatisme articulaire se sont abaissées, mais les lésions bilatérales multiples de contagiosum de molluscum des paupières supérieures et inférieures se sont produites en dépit de la normale ou seulement ont légèrement réduit CD (4) (microl 420-178/) et CD (8) comptes (143-58/microl). L'évaluation histopathologique des verrues excisées a confirmé le diagnostic clinique. Sous la thérapie continue, les verrues s'étaient reproduites pendant 12 mois. CONCLUSION : le traitement de TNFalpha-anticorps pour le rhumatisme articulaire peut compromettre la réponse de centre serveur au contagiosum de molluscum, particulièrement si le methotrexate est donné en plus. Des patients devraient être informés au sujet de cette complication potentielle. ( info)

43/276. Le Verruca vulgaris avec CD30-positive lymphoïde infiltrent : un rapport de cas.

    L'expression de CD30 a été rapportée en cellules lymphoïdes réactives qui accompagnent quelques infections virales cutanées. Elle est interprétée comme marqueur d'activation de lymphocyte en réponse au virus de infection. Nous rendons compte d'une caisse de verrue virale se présentant avec un inflammatoire infiltrons avec de nombreuses cellules lymphoïdes atypiques de CD30 . Ces cellules ont comporté approximativement 10% de la population réactive de cellules et ont montré un phénotype de T-aide. L'infection par papillomavirus humain devrait être incluse parmi les causes de CD30 cutané lymphoïde que réactif infiltre. ( info)

44/276. kyste d'Odontogenic avec la prolifération verrucous.

    Un cas peu commun d'un kyste odontogenic avec la prolifération verrucous est décrit dans une fille de 13 ans. Cette variante odontogenic histologiquement distinctive de kyste ne semble pas avoir été rapportée précédemment. Le kyste a été caractérisé par une série de projections verrucous en lumen avec le hypergranulosis et cellules ressemblant à des koilocytes, soulevant la possibilité d'une étiologie virale. Cependant, aucune évidence du papillomavirus humain (HPV) n'a été trouvée utilisant l'amplification de l'amplification en chaîne par réaction immunohistochemistry et (ACP). ( info)

45/276. Les rapports anecdotiques de 3 cas illustrant un éventail des verrues communes résistantes ont traité avec cryotherapy suivi de l'imiquimod topique et de l'acide salicylique.

    Imiquimod est un immunomodulator avec les propriétés antiproliferative et antivirales indirectes connues pour être efficace contre les verrues anogenital. Cependant, son utilisation pour les verrues communes n'a pas été validée dans des épreuves éventuelles et commandées. Nous présentons 3 rapports anecdotiques de cas illustrant une approche de traitement pour un spectre des verrues résistantes et communes avec le cryosurgery se composant de thérapie de combinaison suivi de l'administration de l'imiquimod et de l'acide salicylique. L'efficacité de cette thérapie destructive et immunomodulatrice combinée s'est avérée être de 50% à 100% efficaces après 6 à 9 semaines. ( info)

46/276. Le lymphocytopenia idiopathique de CD4 T s'est associé aux verrues et à l'areata plats disséminés d'alopécie.

    Le lymphocytopenia idiopathique de CD4 T est un état très rare caractérisé par épuisement persistant de circuler des lymphocytes de CD4 T, sans évidence de l'infection d'HIV ou de HTLV, ou d'autres causes identifiables d'immunodéficit. Le syndrome peut présenter avec les maladies dermatologiques, y compris des infections virales, fongiques et bactériennes, aussi bien que Kaposi' ; sarcome de s, malignités de cellules épithéliales, lymphome et dermatoses inflammatoires. Nous rapportons le cas d'un femme de 47 ans avec le lymphocytopenia idiopathique de CD4 T qui a présenté avec une histoire de dix ans de disséminer et les verrues plates réfractaires desquelles le type humain 3 adn de papillomavirus a été identifié. Le patient a également eu l'areata d'alopécie. ( info)

47/276. Papilliferum de Syringocystadenoma contigu à un kyste verrucous.

    FOND : Le papilliferum de Syringocystadenoma (SCAP) et le kyste verrucous sont deux tumeurs bénignes rares. L'occurrence simultanée des deux lésions n'a pas été rapportée avant. MÉTHODES : Nous rapportons quatre cas de l'occurrence simultanée des deux lésions rares en tant que soi-disant lésions de collision avec un examen de la littérature. CONCLUSION : Le rapport de SCAP avec l'infection virale a besoin d'enquête postérieure. ( info)

48/276. Disparition spontanée des verrues virales réfractaires aux emplacements éloignés après traitement de laser d'anhydride carbonique.

    Nous rapportons la disparition spontanée des lésions de peau virales éloignées après le traitement de laser d'anhydride carbonique des verrues virales réfractaires. ( info)

49/276. Sur des tumeurs, des verrues, et des rasoirs de glomus.

    FOND : Occam' ; le rasoir de s encourage attribuer un ensemble de résultats cliniques à un diagnostic simple. OBJECTIF : Pour présenter un patient avec une verrue subungual et une tumeur de glomus de la même unité d'ongle et passer en revue la littérature concernant ces conditions. MÉTHODES : Nous décrivons une femelle de 58 ans avec une histoire de deux ans de la dystrophie d'ongle et des symptômes relatifs qui ont été au commencement attribués au verruca mais au recalcitrant aux thérapies étendues. RÉSULTATS : Finalement la persistance de ses symptômes s'est avérée secondaire à une tumeur subungual de glomus. CONCLUSION : Les cliniciens doivent maintenir un index élevé de soupçon pour la présence des diagnostics multiples pour empêcher le retard de la gestion appropriée, en particulier quand les symptômes ne réagissent pas au traitement initial. ( info)

50/276. hyperpigmentation flagellé suivant le traitement intralésionnel de bléomycine des plantaris de verruca.

    FOND : Le hyperpigmentation flagellé est une complication bien documentée de thérapie systémique de sulfate de bléomycine en employant des doses de 100 U ou plus comme agent antinéoplastique. Deux cas se sont produits après utilisation des doses systémiques de 15 à 30 U injectés en intraveineuse ou intrapleurally ; cependant, il n'a pas été décrit comme complication suivant le traitement intralésionnel des plantaris de verruca. OBSERVATIONS : Nous rapportons un cas de hyperpigmentation flagellé après l'injection intralésionnelle de 14 U de bléomycine pour des plantaris de verrucae et passons en revue la littérature liée à cette complication cutanée. CONCLUSIONS : hyperpigmentation flagellé d'extrêmement - les basses doses de bléomycine intralésionnelle est une complication non documentée jusqu'ici. Bien que les mécanismes de la réaction ne soient pas clairement compris, le clinicien devrait être conscient de cette complication rare. ( info)
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)<- Précédent || Suivant ->


Laisser un message sur 'Verrues'



N'évalue pas ni ne garantit l'exactitude des contenus de ce site. Cliquez ici pour accéder au texte complet de l'avertissement.

Dernière mise à jour: Septembre 2014