http://www.lookfordiagnosis.com
English
Spanish
Italian
Portuguese
French
Swedish

Cas Rapportés "Tumeurs De La Glande Sous-Maxillaire"
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)

Filtrage par mots-clés:



Recherche des documents. Attente svp...

151/205. Lésion lymphoepithelial bénigne et malignité.

    Considérant que la plupart des patients avec la lésion lymphoepithelial bénigne souffrent de la participation d'une glande salivaire importante un nombre transformez-vous en un clinique forment de Sjogren' ; syndrome de s ou Mikulicz' ; la maladie de s. Dans un petit développement de nombre des lymphomes malins, particulièrement non-Hodgkin' ; des lymphomes de s, ont été décrits. Par conséquent, le suivi régulier et l'évaluation histologique appropriée des secteurs suspectés dans tous les patients avec une lésion lymphoepithelial bénigne est indiqué. Histologiquement, diagnostic d'un non-Hodgkin' ; le lymphome de s peut être difficile. La démonstration d'un modèle de cellules, monoclonale pour Ig cytoplasmique au moyen de la technique d'immunoperoxydase peut faciliter le diagnostic. Dans ce rapport nous présentons l'histoire de deux cas hors de nos séries avec la lésion lymphoepithelial bénigne qui a développé un non-Hodgkin' ; lymphome de s. (+info)

152/205. Carcinome familial de la glande sous-maxillaire. Un rapport de cas et une revue épidémiologique.

    Des cas des carcinomes sous-maxillaires dans deux enfants de mêmes parents sont rapportés. Une occurrence familiale des néoplasmes de glande sous-maxillaire n'a pas été précédemment rapportée. Des causes et les facteurs postulés de prédisposer dans des néoplasmes salivaires sont passés en revue. Aucune de ces théories n'explique la cause de l'occurrence familiale peu commune des néoplasmes dans ces cas. (+info)

153/205. Métastase de glande sous-maxillaire du carcinome de sein : un rapport de cas et un examen de la littérature.

    Nous rapportons un patient féminin qui a développé une métastase solitaire dans la glande salivaire sous-maxillaire 2 ans après chirurgie primaire pour un cancer du sein de T1 N0 M0 de la catégorie II. Un examen de la littérature prouve que les métastases dans la glande sous-maxillaire sont rares mais quand elles surgissent l'emplacement de la tumeur primaire est pour être éloigné que dans la région de tête et de cou. Dans les patients féminins, les tumeurs de sein prédominent. (+info)

154/205. Carcinosarcoma de la glande salivaire sur le CT.

    Trois cas de carcinosarcoma de la glande salivaire, de deux dans la glande sous-maxillaire, et d'un dans la parotide, ont été étudiés avec le CT et ont montré une série de résultats. La densité des tumeurs était inférieure à celle du tissu sous-maxillaire normal. Une calcification a été trouvée dans un cas. Un cas a montré la lymphadénopathie étendue. La lésion parotide a eu la basse densité centrale avec une marge de amélioration. (+info)

155/205. Carcinome clair de cellules surgissant dans un adénome pléomorphe de la glande sous-maxillaire.

    Le carcinome clair de cellules de la glande salivaire est un néoplasme rare. Nous rapportons un troisième cas du carcinome clair de cellules surgissant dans un adénome pléomorphe et également dans un endroit d'extraparotid. Nous documentons le profil immunohistochemical de la tumeur comprenant la réactivité avec un marqueur pour l'oncoprotein c-erbB-2 et proposons une origine myoepithelial pour ces lésions. La présence d'un stemline tétraploïde peut expliquer la progression rapide de tumeur dans ce cas-ci. (+info)

156/205. adénocarcinome de cellules basiques de la glande sous-maxillaire.

    L'adénome de cellules basiques est un puits a identifié la variante histopathologique de l'adénome monomorphic de la glande salivaire, mais ces dernières années il y a eu des rapports occasionnels des tumeurs malignes de cellules basiques des glandes salivaires importantes. Nous présentons un rapport de cas d'un tel adénocarcinome de cellules basiques surgissant dans la glande sous-maxillaire et discutons le diagnostic et la distinction différentiels d'un adénome de cellules basiques. Nous passons en revue également la littérature éditée sur l'adénocarcinome de cellules basiques. C'est la première caisse d'adénocarcinome de cellules basiques à étudier en détail par microscopie immunohistochemistry et électronique. Il y a eu discussion dans le passé quant à la cellule d'origine des tumeurs de cellules basiques de glande salivaire et spécifiquement si la différentiation myoepithelial se produit dans ces tumeurs. Les dispositifs immunohistochemical et d'ultrastructure de ce cas fournissent l'évidence pour une population duelle des cellules ductal et myoepithelial. Une analyse cytometric d'écoulement de contenu nucléaire d'acide désoxyribonucléique a montré la présence de l'aneuploidie d'adn à moins d'un bloc de tissu. (+info)

157/205. Mesure de Biostereometric de croissance orale de tumeur. Description de la technique et du rapport de cas.

    Après la radiothérapie, il peut être difficile de déterminer médicalement si la régression, la stabilisation ou la croissance de tumeur s'est produite. La formation image diagnostique traditionnelle peut ne pas être due possible au de petite taille de la tumeur et à la proximité des restaurations métalliques. Un cas du carcinome de cellules squamous du processus alvéolaire mandibulaire dans lequel ces problèmes ont surgi est présenté. Une technique biostereometric assistée par ordinateur a été employée pour identifier le changement volumétrique de la tumeur. Des impressions de Polyvinylsiloxane ont été obtenues pour enregistrer l'anatomie de l'emplacement de tumeur. De ces derniers, des modèles en pierre ont été faits à quatre et huit semaines suivant la radiothérapie. Utilisant des techniques de cartographie optiques, on a démontré la croissance de tumeur qui n'était pas évidente aux examens de suivi. Le methodolgy de biostereometry est présenté et ses avantages et applications de potentiel sont discutés. (+info)

158/205. Oncocytoma de la glande sous-maxillaire.

    Ce rapport décrit un cas d'oncocytoma, une tumeur rare et bénigne qui est particulièrement rare dans la glande sous-maxillaire. Le néoplasme était une chance trouvant dans une glande qui a présenté avec le gonflement récurrent, assumée pour être dû au sialadenitis chronique. (+info)

159/205. Deux tumeurs malignes de glande salivaire de différent saisissent un patient.

    L'occurrence synchrone ou metachronous de deux tumeurs des glandes salivaires dans un patient est rare. Ce sont principalement bénins et du même type histologique. Ici nous rapportons un homme de 56 ans qui a développé une tumeur mucoepidermoid de la glande parotide gauche quatre ans après diagnostic du carcinome cystique adénoïde de la glande sous-maxillaire droite. Cette combinaison des néoplasmes à notre connaissance n'a pas été rapportée avant. (+info)

160/205. Métastases de moelle du petit cancer de cellules de la tête et du cou.

    FOND. Le petit carcinome primaire de cellules de la tête et du cou est rare. Bien que le larynx soit l'emplacement le plus répandu du petit carcinome de cellules de tête et de cou (SCC), ce rapport se concentrera sur le SCC des glandes salivaires principales et des sinus paranasal. En tout, 33 caisses de sinus paranasal et 43 caisses de glande salivaire principale SCC ont été rapportées dans la littérature. MÉTHODES. Nous rapportons deux patients, un avec la glande sous-maxillaire SCC et l'autre avec le sinus maxillaire SCC. Un examen de littérature de tous les sinus paranasal connu et glande salivaire principale SCC avec l'inclusion des données de ces deux nouveaux cas est entrepris. La discussion de tous les cas de passé et présent se concentre sur des emplacements de métastase, de traitement, et de survie. RÉSULTATS. Le sinus de Paranasal SCCs résultent principalement de la cavité nasale, tandis que la glande parotide est l'emplacement primaire dans trois-quarts de la glande salivaire principale SCCs. Un demi- de la glande salivaire principale et trois-quarts du sinus paranasal SCCs ont seulement la maladie locale à la présentation. Les deux patients dans ce rapport ont développé des métastases de moelle, un dispositif jusqu'ici non observé dans le SCC de ces emplacements primaires. Le patient avec le sinus maxillaire SCC a développé le syndrome de l'hormone antidiurétique inadéquate (SIADH). CONCLUSION. Le sinus paranasal et les glandes salivaires principales sont les emplacements primaires rares pour SCCs. La survie à long terme avec la thérapie locale dans les patients présentant la maladie locale peut se produire, mais dans les patients avec les miroirs métastatiques SCC pulmonaire métastatique de survie de la maladie. (+info)
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)<- Précédent || Suivant ->


Laisser un message ou image sur "Tumeurs De La Glande Sous-Maxillaire" (ou accéder au forum):



N'évalue pas ni ne garantit l'exactitude des contenus de ce site. Cliquez ici pour accéder au texte complet de l'avertissement.
Dernière mise à jour: Avril 2009
Statistiques