http://www.lookfordiagnosis.com
English
Spanish
Italian
Portuguese
French
Swedish

Cas Rapportés "Paresthésie"
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)

Filtrage par mots-clés:



Recherche des documents. Attente svp...

271/612. L'insuffisance de chrome, l'intolérance de glucose, et la neuropathie se sont inversées par la supplémentation de chrome, dans un patient recevant la nutrition parentérale totale à long terme.

    Une femelle blanche, vieillissent maintenant 40 et recevoir la nutrition parentérale totale pendant plus de 5 années, perte de poids inattendue développée de 15% après 3 ans de 1/2 de régime, ainsi que la neuropathie périphérique confirmée par des mesures de conduction de nerf. Un essai de tolérance de glucose intraveineux a prouvé que le taux partiel (k) avait diminué à 0.89%/min (normal plus considérablement que 1.2). On a observé pendant cette infusion de glucose une réponse normale d'insuline limite avec une chute en acides gras libres de plasma et en leucine de plasma. Pendant l'infusion quotidienne de bien plus de 400 g de glucose, le quotient respiratoire était 0.66. L'équilibre de chrome était négatif. Les niveaux de chrome étaient, dans le sang 0.55 ng/ml (normale 4.9 9.5) et dans ng/g des cheveux 154 à 175 (normal plus considérablement que 500). L'insuline régulière quotidienne (45 microns) dans l'infusate a presque maintenu l'euglycemia mais en dépit de ceci, et même avec davantage de prise de glucose pour reconstituer la perte de poids, l'essai de tolérance de glucose intraveineux (k) et le quotient respiratoire étaient inchangés. L'administration de l'insuline a été alors arrêtée et le microng 250 du Cr supplémentaire à tout le infusate parentéral quotidien de nutrition pendant 2 semaines. Après ceci l'essai de tolérance de glucose intraveineux (k) et le quotient respiratoire sont devenus normaux (1.35 et 0.78, respectivement). Au cours des 5 mois suivants l'insuline n'était pas nécessaire et la prise de glucose a dû être réduite sensiblement pour éviter le poids excessif. Dans ce nerf de période la conduction et le bien-être sont revenus à la normale. Avec une addition d'entretien de chrome à tout le infusate parentéral de nutrition (à titre d'essai cette addition est 20 microng/jour) le patient est resté bien pendant 18 mois (au juillet 1976). Ces résultats suggèrent que l'insuffisance relativement d'isolement de chrome chez l'homme, jusqu'ici mal documenté, cause 1) l'intolérance de glucose, 2) l'incapacité d'utiliser le glucose pour l'énergie, 3) neuropathie avec les niveaux normaux d'insuline, 4) haut acide gras libre nivelle et bas quotient respiratoire et, 5) des anomalies de métabolisme d'azote. (+info)

272/612. Borreliosis de Lyme d'un patient' ; point de vue de s.

    L'article décrit mon propre cas de borreliosis de Lyme, ainsi du patient' ; point de vue de s, soumettant à une contrainte les indices qui pourraient avoir mené à un diagnostic plus tôt. Le traitement antibiotique intense est de valeur, aussi une fois donné d'abord environ 15 années après la période probable de l'infection, as, au moins dans mon cas, il a arrêté le progrès de tous les symptômes et a enlevé certains d'entre eux, en particulier douleurs de muscle et anomalies de peau. Les symptômes neurologiques de longue date et bien établis, cependant, demeurent sans changement, mais leur progrès lent et régulier précédent s'est arrêté. Le diagnostic est en soi valeur, car c'est un soulagement pour savoir ce qui est derrière les plaintes. (+info)

273/612. Myelomeningoencephalitis éosinophile provoqué par cantonensis d'angiostrongylus : un rapport de trois cas.

    Trois membres d'un myelomeningoencephalitis éosinophile développé par famille après l'ingestion des escargots de Pila. Ils étaient père, fille et fils et ont eu les présentations cliniques semblables. Deux jours après l'ingestion des escargots, ils ont développé une éruption maculopapular irritante généralisée suivie de la myalgie, du paresthesia marqué, de la fièvre et du mal de tête. Pendant deux jours plus tard il y avait la faiblesse des extrémités qui était progressive dans la sévérité impliquant les jambes davantage que les bras. Ils plus tard ont développé la conservation d'urine et l'opacité de la conscience. Deux patients ont progressé au coma, un de qui est mort après 3 semaines et l'autre est mort à la maison pendant 9 mois après le début. L'autopsie du cas mortel a indiqué les voies et les cavités multiples avec la présence du cantonensis d'angiostrongylus au cerveau et aux divers niveaux de la moelle épinière. (+info)

274/612. Paraesthetica de Meralgia comme premier symptôme d'une tumeur métastatique dans la colonne lombaire.

    Le paraesthetica de Meralgia est médicalement caractérisé par une sensation perturbée sur le côté anterolateral de la cuisse avec la fonction de moteur normale. Le syndrome est habituellement provoqué par la compression du nerf cutané fémoral latéral. Nous rapportons maintenant un patient dans qui le paraesthetica de meralgia était la première manifestation d'un carcinome métastatique dans la deuxième vertèbre lombaire. D'autres cas de paraesthetica de meralgia provoqués probablement par compression de racine de nerf ont été décrits par d'autres. Par conséquent nous préconisons des investigations auxiliaires dans ce syndrome clinique habituellement inoffensif afin d'éliminer une lésion de la deuxième ou troisième racine lombaire. (+info)

275/612. Myoclonus avec la sensation brûlante dans des jambes qui remet avec le blocus sympathique.

    Deux patients présentant des charmes jusqu'ici non reconnus des mouvements involontaires dans des jambes sont décrits. Ils se sont produits sur se laisser tomber au loin à dormir, ont été précédés par une sensation brûlante et ont ressemblé à myoclonus. L'injection sous-cutanée de l'adrénaline a reproduit les charmes. Le réservoir souple neurogène de type désinhibé a été noté sur cystometry. Le bloc de nerf épidural ou sympathique de la région lombaire a soulagé tous les symptômes comprenant le réservoir souple neurogène. Quelques minutes avant qu'on ait observé les charmes, une élévation de tension artérielle et la fréquence du pouls dans un des cas. La ressemblance pathophysiologique aux jambes douloureuses et aux orteils mobiles a été précisée, mais une participation plus répandue de la moelle épinière a été suspectée. (+info)

276/612. Paresthetica de Meralgia après chirurgie de déviation coronaire.

    Le paresthetica de Meralgia est un désordre neurologique caractérisé par paresthesia et engourdissement localisés sur l'aspect anterolateral de la cuisse et d'impliquer le nerf cutané fémoral latéral. Il n'implique aucun déficit de moteur. On a observé le paresthetica de Meralgia, qui peut résulter d'une série de causes, comme complication rare dans des opérations de coeur. Sa cause une fois liée à de telles opérations est incertaine mais peut être positionnement relaxed prolongé sur la civière de table d'opération et de pièce de rétablissement. Une autre cause possible de paresthetica de meralgia après des opérations de coeur est le " ; grenouille-leg" ; position des jambes pendant la moisson de veine. Des patients dans cette condition devraient être conseillés de son intraitable, mais bénin et individu-limitant, nature. (+info)

277/612. Myeloneuropathy réversible de l'abus de protoxyde d'azote : études électrophysiologiques périodiques.

    Des études électrophysiologiques détaillées ont été réalisées dans 4 patients avec myeloneuropathy induit par abus de protoxyde d'azote pendant 1 à 4 années. Tous ont présenté avec des paresthesias, la faiblesse, et le Lhermitte' ; phénomènes de s, et signes exhibés de la polyneuropathie, de l'ataxie, et de l'arreflexia sensorimoteurs. Deux ont eu les niveaux inférieurs à la normale de la vitamine B12 de sérum. L'essai électrophysiologique de ligne de base a indiqué des potentiels réduits d'unité de moteur, des latences prolongées de vague de F, des réflexes absents de H, des potentiels d'énervation, et des retards dans le moteur et la conduction sensorielle. Trois ont eu le retard périphérique et nuchal après stimulation médiane de nerf. Tous ont été réévalués après 3 à 12 months' ; abstinence et traitement avec la vitamine B12, et toute l'amélioration clinique substantielle montrée. L'amélioration parallèle des résultats électrophysiologiques s'est produite, mais des retards mineurs résiduels de conduction, la perte de réflexes de H, l'évidence électromyographique de l'énervation, ou les anomalies de SEPT tibial postérieur ont été notés. Ces résultats confirment la réversibilité de myeloneuropathy de l'abus de protoxyde d'azote et décrivent le profil du rétablissement électrophysiologique dans les sujets qui s'abstiennent davantage de d'exposition neurotoxic. (+info)

278/612. manifestations neurologiques d'insuffisance de la vitamine B-12 dans un hôpital militaire.

    Bien qu'on l'identifie bien que les patients présentant l'insuffisance de cobalamine (vitamine B-12) peuvent développer des problèmes neuropsychiatriques, les médecins de premier soins ne se rendent pas compte fréquemment que les patients se présentant avec seulement des plaintes neurologiques vagues peuvent avoir l'insuffisance de la vitamine B-12 comme étiologie. Au cours d'une période d'une année, six patients se sont présentés à la clinique de neurologie au centre médical d'armée de Brooke, fort Sam Houston, le texas, après évaluation au niveau de premier soins pour leurs plaintes neurologiques. Chacun des six a eu l'insuffisance de cobalamine, et aucun n'était anémique. Les médecins militaires de premier soins devraient se rendre compte des diverses présentations neurologiques de ces patients. (+info)

279/612. Traitement chirurgical de paresthesia après surextension de matière d'agrégation de canal radiculaire : un rapport de cas.

    Un cas du paresthesia de la surextension suivante de nerf mental de la matière d'agrégation de canal radiculaire dans le canal alvéolaire inférieur est présenté. Les causes de cette complication sont discutées et l'importance d'exécuter le traitement chirurgical dès que possible est soulignée. (+info)

280/612. Carcinome cystique adénoïde de la glande parotide : rapport de cas.

    Un cas du carcinome cystique adénoïde de la glande parotide est rapporté, en laquelle le symptôme initial était paresthesia facial. Des dispositifs, le traitement, et le pronostic pathologiques de la tumeur ont été discutés. (+info)
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)<- Précédent || Suivant ->


Laisser un message ou image sur "Paresthésie" (ou accéder au forum):



N'évalue pas ni ne garantit l'exactitude des contenus de ce site. Cliquez ici pour accéder au texte complet de l'avertissement.
Dernière mise à jour: Avril 2009
Statistiques